[:fr]À Son Excellence le Président Recep Tayyip Erdogan, au responsable des affaires religieuses le professeur Ali Arbashi, au peuple turc en particulier; et à tous les musulmans en général à l’occasion de l’ouverture de la Sainte-Sophie.L’inspirant président Recep Tayyip Erdogan a procédé, la semaine dernière, à la réouverture de la mosquée Sainte-Sophie au bénéfice des priants qui inclinent et prosternent pour la face d’Allah ; après avoir restée pendant 86 ans l’une des musées les plus visités du monde.

La réouverture de cet édifice vieille d’une millénaire et l’activation de son rôle primordial d’adoration, la prédication et d’orientation est la preuve profonde de la sagesse du leader du Parti de la justice et du développement.

Le président Erdogan a attendu des années pour se préparer à cette réouverture évidente après avoir rappelé aux Turcs leur glorieux passé ; le jour où ils étaient des Ottomans vainqueurs, pas des laïcs vaincus ; le jour où ils enseignaient à l’Europe ignorante des leçons de hautes factures de civilisation, de progrès scientifique, de prospérité économique et d’architecture glamour.

La basilique Sainte-Sophie est un symbole et une approbation de la bonne nouvelle annoncée par le prophète Muhammad, qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix, en adressant aux musulmans : {Certes, vous allez conquérir Constantinople, son roi est gracieux ainsi que l’armée qui l’accompagne}.

Et par conséquent, lorsque le grand sultan Abu Al-Khairat, Muhammad al-Fatih, que Dieu soit satisfait de lui, a conquis Constantinople, a acheté de son propre argent cet édifice construit pour le culte et l’adoration d’Allah le Tout-Puissant, ainsi,il avait le droit de le prendre de force aux prêtres. Cet acte indique, de la manière la plus belle, sa générosité et sa grande moralité.

Jadis, les Arabes disaient : ce lionceau vient de ce lion ! Il n’est donc guère surprenant que le président Erdogan ait suivi l’exemple de Muhammad al-Fateh.

Alors que nous adressons cette lettre à votre Excellence et au peuple turc en général, nous voulons simplement magnifier cette décision audacieuse qui a rendu à nous et à tous les musulmans la dignité et la fierté {à Dieu, à son messager et aux croyants la gloire}. Seuls les hypocrites contestent cette décision victorieuse {Mais certes les hypocrites ne savent rien}.

Termino; nous prions Allah le Tout-Puissant de préserver le président, le gouvernement et le population turque – ce beau pays qui a l’honneur de voisiner avec le compagnon du prophète Abu Ayyub al-Ansari, que Dieu soit satisfait de lui et l’ensemble des compagnons.

Amin.* Touba, le 16 juillet 2020
Les cadres mourides[:]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici