Le placement en garde à vue du journaliste Cheikh Yérim Seck fait parler plus d’un. Selon le Directeur executif de Amnesty Sénégal, cette interpellation ne se justifie pas.
“Si les faits allégués ne sont pas avérés, un démenti de la gendarmerie nationale suffit comme l’a  fait le ministre de la justice à propos de l’implication de son cabinet”, a-t-il fait savoir sur sa page Facebook.
Pour le défenseur des droits de l’homme, “la justice ne doit pas être utilisée pour museler la liberté d’expression et la liberté de la presse”.
Cheikh Yerim Seck est placé en garde à vue depuis hier après une audition à la Brigade de Recherches, suite à sa sortie fracassante sur l’affaire Batiplus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici