[:fr]Quelque vingt-quatre (24) heures après la sortie du Sg du Sytjust, Me El Hadj Bou Ayé Diop, suite à la lettre de mise en demeure ‘’pour abandon de poste’’ que lui a adressée le président du Tribunal de grande instance de Fatick, le premier président de la Cour d’appel de Kaolack, Ousmane Kane a réagi sur les ondes de Sud fm. Ce, en vue d’apporter des précisions.

«Effectivement, c’est le ministère qui nous a signalé son cas. Moi, je suis à la Cour d’appel de Kaolack qui couvre Fatick et, depuis 2016, je ne savais pas que Me Diop était dans mon ressort comme greffier. Donc effectivement, c’est le ministère qui m’a signalé son cas», a déclaré le juge.

Et d’ajouter: «J’étais surpris d’apprendre que Me Diop est un greffier affecté à Fatick. Quand on a signalé le cas, avant d’écrire la lettre qui lui a été adressée par l’intermédiaire du président du Tribunal de grande instance de Fatick, j’ai pris l’attache du président sortant, qui m’a dit: ‘écoutez monsieur le premier président, j’ai fait 4 ans et 4 mois à Fatick, et je ne n’ai jamais vu Me Diop’. Et il m’a dit, mon prédécesseur avait rencontré les mêmes difficultés avec lui. D’ailleurs, deux rapports de l’inspection générale de l’administration de la justice ont été dressés à son encontre».

Allant plus loin dans ses explications, le premier président de la Cour d’appel de Kaolack invite à faire la différence entre le droit syndical et la rigueur professionnelle.

«Il faut faire la différence entre ce qui relève de son droit syndical et ce qui relève de mes responsabilités administratives. Si, depuis 9 ans et quelques mois, il n’a pas occupé ses fonctions au niveau du tribunal, si le cas nous est signalé, quel que soit le contexte, notre devoir c’est de le rappeler à ses obligations», précise-t-il.[:]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici