Dans un entretien accordé à Senego, El Hadji Sarr, responsable politique à Ziguinchor, par ailleurs président du mouvement “Vision Émergence” assène ses vérités aux détracteurs de la “vision émergente” du président Macky Sall. Dans un autre registre, il revient sur la polémique née du contrat Senelec-Akilée. Morceaux choisis

Contrat Akilée-Senelec ou le début des semblants scandales

En effet, nous avons tous remarqué que dans le climat politico-médiatique, des semblants scandales sont agités. Et des gens cherchent à asseoir un climat de suspicion qui planerait au dessus du chef de l’Etat et de son régime. Il y a eu d’abord le contrat Akilée-Senelec dont l’Etat du Sénégal a voulu faire en sorte que l’Etat en ressorte plus renforcé et que ses intérêts soient davantage sauvegardés mais au contraire, aujourd’hui, une certaine opposition ou des activistes l’utilisent contre le régime.

“Ceux qui agitent la question foncière insultent l’intelligence des Sénégalais”

Nous remarquons aussi que des gens se sont levés d’une façon très curieuse pour chercher à asseoir une question de scandale foncier au Sénégal. Il faut qu’on rappelle deux éléments majeurs :

Le premier facteur est qu’il faut que l’on s’interroge sur la nature  et la crédibilité de ces individus aux moralités douteuses. Des individus qui, pour la plupart du temps d’abord ont traversé des régimes, se sont servis sur tous ces régimes. De Abdou Diouf jusqu’à maintenant. On a remarqué qu’il y a des gens qui ont eu pour la plupart du temps maille avec la Justice. Des repris de Justice, des condamnés pour des raisons de mœurs, pour des faits criminels. Certains parmi eux sont des gens qui ont exercé leur métier de Presse (journaliste) avec la manière la plus douteuse. Ce sont ces gens-là qui veulent s’arroger comme étant des sentinelles du peuple. Il faut aussi remarquer que ces individus se sont remarqués dans ce pays à chaque fois sur des questions de scandales. A chaque fois que des scandales ont eu lieu, on les a vus en chef d’orchestre.

Le second élément qu’il faut comprendre est que la question du foncier est un enjeu majeur qui fait qu’aujourd’hui, beaucoup de personnes qui, une fois, se font servir par des administrations successives font la pluie et le beau temps et rendent des services aux régimes qui leur rendent bien l’ascenseur à leur tour. Mais lorsque, une administration, une direction est en place et qu’ils essayent de dresser leurs boulimies foncières et qu’en retour leurs attentes ne sont pas respectées, ils décident tout simplement de s’organiser en représailles en calomniant, en portant de fausses histoires, en portant des accusations allant jusqu’à dire 5000 m2 ont été donnés à X ou Y. Sans pour autant respecter l’intelligence des Sénégalais en donnant des documents, des noms, des lieux.

“Qu’est-ce qui fait courir Madiambal Diagne ?”

Madiambal Diagne est aujourd’hui malheureusement un nom qui sonne très mal dans l’entendement des Sénégalais. C’est un homme qui a glissé de façon extraordinaire dans le monde de la presse et qui a déserté ce milieu depuis longtemps pour se reconvertir en homme d’affaires et en chasseur de prime. L’on se rappelle encore tous les déboires qu’ils a vécus sous le régime de Abdoulaye Wade et qui , aujourd’hui, s’est présenté comme un défenseur du régime actuel en espérant un retour d’ascenseur qui  sera peut être grippé en cours de route. Les gens devaient se poser la question de savoir : “qu’est-ce qui fait courir Madiambal Diagne ?”. Curieusement au lendemain de ses accusations infondées, nous avons tous vu que celui même qui s’était levé pour dire qu’il fallait s’insurger contre le bradage des terres sénégalais a été l’un des plus grands pyromanes de l’histoire du foncier sénégalais. Il a même tenté d’expliquer comment il a été attributaire de tous ses hectares. C’est ce prototype de personne qui voudrait à chaque fois user de leurs plumes et de leurs relations pour salir sur la place publique avant de se faire appeler à l’ombre et se faire servir. En réalité,, il mène une cause personnelle.

Macky Sall et son leadership

Je suis un compagnon de Macky Sall depuis la création de l’Apr. Nous avons vu ce parti se construire. Nous avions vu les adhésions qu’il y a eues depuis sa création. Nous savons aussi réussir à gagner la confiance des Sénégalais. L’Apr a été ce qu’elle a été tout simplement parce que nous avons su avoir un chef charismatique. Un président d’une générosité extraordinaire, quelqu’un qui a été un leader dans toutes ces dimensions. Le président Macky Sall a tendu la main et a traité avec la même manière ceux qui sont arrivés à la première heure, en cours de route et ceux qui viennent d’arriver. Il les traite en fonction de leur attitude, de leur capacité mais surtout en fonction de ce qu’ils savent donner à ce pays : leur patriotisme.

Pourquoi Mame Boye Diao dérange certains apéristes et opposants ?

Mame Boye Diao est arrivé à un niveau de complicité, de confiance avec le chef de l’Etat qui dérange au plus haut niveau. Mais cela n’est pas quelque chose de donner ou de voler non plus. Il a eu à travailler pour nouer des relations de confiance, de respect entre lui et le chef de l’Etat qui font qu’aujourd’hui, il a toujours dit clairement que lui n’a qu’une ambition ou position : celle du président de la République. La question du deuxième mandat est souvent très mal vécu au Sénégal. Dès le lendemain de la réélection de Macky Sall, ce dont il a été question, ce n’était plus qu’est ce qu’il faut faire pour rendre la vie au Sénégal meilleur, mais des gens se sont donnés comme mission, une histoire de positionnement ou de lendemain de Macky Sall. Ces gens-là ne laisseront pas des personnes comme Mame Boye Diao travailler pour asseoir le leadership de Macky Sall. Ce qui fait qu’aujourd’hui,  Mame Boye Diao comme d’autres personnes inscrits sur cette ligne sont combattues. Avant Mame Boye Diao, il y avait Mame Mbaye Niang, Yakham Mbaye entre autres. A chaque fois qu’un cadre de l’Apr se lèvera pour dire qu’il n’a qu’une seule ligne, celle du président Macky Sall, il sera combattu dans le parti et en dehors du parti. Mais c’est peine perdue car le directeur des Domaines vient d’une localité notamment la Casamance où pour survivre, il faut lutter.

“Y en a marre a volé la lutte de tout un peuple”

Je trouve très désolant que des jeunes comme ça qui, étaient parmi nous lors des combats qu’il fallait mener face au régime précédent parce qu’aujourd’hui ils veulent s’arroger la paternité de ce combat d’une façon lâche et honteuse. Alors qu’ils n’atteignent pas les un pour cent (1%) de ceux qui ont eu à occuper les premières lignes. Ils ont eu à jouer un rôle médiatique surtout mais ils n’ont pas été de ceux-là qui ont eu à porter davantage ce combat. Dites-moi un seul membre de “Y en a marre” qui a donné le prix de sa vie en 2012. Personne. Par contre, il y a eu plus de 15 morts. Ces jeunes-là sont en train de verser dans l’oubli parce qu’il y a un groupuscule  qui s’est levé pour voler la lutte de tout un peuple. C’est pour cela j’ai toujours eu de mépris vis-à-vis de ce groupuscule d’individus. Mais cela s’explique  car, au moment où les gens se battaient pour le devenir de ce pays, eux, ils se battaient pour leur propre compte. A travers ce combat, ils ont retrouvé un fonds de commerce. Et toute leur action est dictée uniquement par le fait de vouloir pérenniser ce fonds de commerce qu’il ne faut pas laisser s’effriter. Parce que demain, voilà des jeunes qui n’ont pas été préparés à une vie normale. Allez interroger leurs trains de vie, ce sont des personnes qui ont une vie insolente, qui ne transpirent jamais pour gagner leurs gains à travers la sueur de leur front.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici