[:fr]Donner à titre posthume le nom d’une forte personnalité de notre pays à une prestigieuse Institution de notre pays est devenu une tradition Républicaine. Et le Chef de l’Etat qui est investie de cette prérogative n’a jamais dérogé à la règle. En 2018, Ahmeth Khalifa Niasse lui avait demandé de baptiser la maison de la presse par le nom de son défunt jeune frère, Sidy Lamine Niasse. Comble du destin, c’est le fondateur de Sud Com Babacar Touré qui a hérité de cette consécration. Deux fils de la nation qui méritent tous les égards de la nation et qui ont porté le flambeau d’une presse libre et indépendante dans un contexte historique complexe.

C’est en décembre 2018, lors de la présentation des condoléances du Chef de l’Etat Macky Sall à la famille éplorée de Sidy Lamine Niasse que son grand frère Ahmeth Khalifa Niasse a formulé des vœux. Il avait en effet demandé solennellement au président Sall de baptiser la maison de la presse par le nom de son défunt frère Sidy Lamine Niasse. Une requête à laquelle le Chef de l’Etat Macky Sall n’avait pas du tout répondu.

Mais ironie du sort, le rappel à Dieu du Doyen Babacar Touré aura impulsé une nouvelle dynamique à ce projet laissé en suspens. En effet, le Chef de l’Etat s’est résolu à faire porter le nom de la maison de la presse à ce vétéran de la presse indépendante qui aura tout donné à son pays.

Mais la question est de se demander: pourquoi le président Sall a snobé la requête de Ahmeth Khalifa Niasse ? A l’évidence, le président directeur général du Goupe Wal fadjri était très engagé pour son pays et fidèle à ses principes. A l’instar de Babacar Touré, il a formé beaucoup de journalistes de la place.

Petit fils d’Abdoulaye Niasse, fondateur de la branche de la tariqa Tidiane, Sidy Lamine Niasse était aussi un homme religieux qui s’intéressait à la bonne marche du pays. Pourtant en mars 2016,lorsque le Chef de l’Etat Macky Sall a voulu modifier la Constitution pour rallonger son mandat, Sidy Lamine s’y était publiquement opposé et avait appelé les sénégalais à voter Non.

Et ce volteface ne serait que l’iceberg de ses multiples refus de laisser les tenants du pouvoir faire ce que bon leur semble. Et c’est cette posture du refus qui lui a valu plusieurs déboires avec tous les pouvoirs qui se sont succédés dans notre pays.

Certes, que ce soit Babacar Touré ou lui, ils sont tous de dignes fils de la nation qui ont fait leur preuve au niveau des médias privés. Ils méritent tous les égards de la nation mais pour Sidy Lamine Niasse, les politiques ne le piffaient pas outre mesure !

Assane SEYE-Senegal7[:]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici